Le développement de la personne

Carl Rogers est un psychologue ayant fondé une nouvelle modalité thérapeutique avec l’approche centrée sur la personne. Son livre est une combinaison d’articles qu’il a écrit au fur et à mesure de sa pratique et de ses conférences. Il décrit les principes de son approche thérapeutique basée sur trois leviers : le regard inconditionnel positif en apportant considération et sans jugement, la compréhension empathique afin de comprendre le monde de l’autre et la congruence, autrement dit l’authenticité dans la relation entre le patient et son thérapeute.

Ce livre est extrêmement riche en idées, en réflexions et ce qui m’a particulièrement intéressée, c’est le processus d’évolution permis par la relation thérapeutique.

Notre première réaction lorsque nous entendons parler quelqu’un est une évaluation immédiate, un jugement plutôt qu’un effort de compréhension. La posture du thérapeute dans l’écoute active, centrée sur la personne permet au client d’être moins sur la défensive et par là plus ouvert à son expérience de lui-même et des autres. Selon l’auteur, c’est au moment où la personne s’accepte telle qu’elle est qu’elle devient capable de changer. Le but et l’idéal qu’il cherche à atteindre deviennent plus accessibles. L’écart entre le moi qu’il est et le moi qu’il voudrait être diminue considérablement. Il y a réduction de la tension sous toutes ses formes : tensions psychologiques, malaise, angoisse…

Selon Rogers, la vie dans ce qu’elle a de meilleur est un processus d’écoulement, de changement ou rien n’est fixe. Le processus thérapeutique est l’occasion d’exprimer la vérité ce qui permet à la personne de ressentir pleinement, en toute conscience, toutes ses réactions au sujet de ses sentiments et de ses émotions. Au fur et à mesure de ce processus, l’individu éprouve une affection positive pour lui-même et une appréciation sincère de sa personne ce qui représentent les buts principaux de la thérapie. Dans la relation avec le thérapeute, le patient perçoit qu’il est psychologiquement accepté quelque soient ses sentiments, il éprouve ainsi une condition de base pour son évolution.

Carl Rogers présente sept stades du développement de la personne :

Premier stade :

Refus de communiquer personnellement. Communication uniquement sur des sujets extérieurs. Rigidité psychologique. Aucun problème personnel n’est reconnu ni perçu. Les relations intimes sont ressenties comme dangereuses, aucun désir de changement.A ce stade, les personnes ne se présentent pas en thérapie.

Deuxième stade :

L’expression concernant des personnes autres que lui-même devient moins superficielle. Pas de sentiment de responsabilité personnelle à l’égard de ses problèmes. Les schèmes personnels sont rigides, non reconnus en tant que tels mais conçus comme des faits.

Troisième stade :

Le discours ayant le « moi » pour objet devient plus facile. Il y a très peu d’acceptation des sentiments. Les choix personnels sont souvent reconnus comme inefficaces.

Quatrième stade :

Relâchement progressif des schèmes, description des sentiments plus intense. L’individu se rend compte des contradictions entre son expérience immédiate et son moi. Prise de conscience de ses problèmes personnels mais avec quelques hésitations. La relation étroite avec le thérapeute parait dangereuse mais il prend le risque jusqu’à un certain degré d’affectivité.

Cinquième stade :

Les sentiments sont exprimés librement comme s’ils étaient éprouvés dans le présent. De plus en plus, le sujet revendique ses propres sentiments et désire les vivre, être son vrai moi. De plus en plus, le sujet accepte de regarder en face ses propres contradictions et incohérences. Il accepte sa propre responsabilité devant les problèmes à affronter.

Sixième stade :

Un sentiment est ressenti dans toute sa spontanéité et sa richesse. Les communications internes sont libres et relativement peu bloquées. Moment d’expérience immédiate complète et acceptée. Une fois qu’une expérience est devenue pleinement consciente et pleinement acceptée, on peut y faire face avec efficacité.

Septième stade :

Le degré d’acceptation de soi, de ses sentiments changeants croit de manière continue. Une confiance solide dans sa propre évolution se manifeste. Les schèmes personnels sont refondus provisoirement pour être éventuellement validés par une expérience en cours mais même alors ils sont soutenus de façon moins rigide. La situation est vécue et interprétée dans toute sa nouveauté, non en tant que passé. Le sujet fait l’expérience du choix effectif de nouvelles façons d’être.

La lecture de ce livre est très enrichissante, amenant à d’avantage d’introspection et de compréhension des autres. C’est en même temps un livre positif par la conviction de Carl Rogers que chaque individu possède en lui les ressources et les qualités pour évoluer vers une meilleure version de lui-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *