The Gift : 12 lessons to save your life

Edith Eger est une rescapée du camp d’Auschwitz où elle a été déportée à 16 ans. Elle raconte son parcours de vie dans le livre The Choice : A true story of hope traduit en français par Le choix d’Edith : Un hymne à la vie. Elle a ensuite écrit the Gift, comme un mode d’emploi pour guérir nos blessures, prendre conscience de nos dysfonctionnements et petit à petit, faire les choix qui nous amènent à nous épanouir.

Ce livre synthétise 12 leçons de vie en 12 chapitres autour des prisons mentales que l’on se construit soi-même et desquelles il est important de se libérer. Ce n’est absolument pas un livre donneur de leçon, c’est plutôt une lueur d’espoir pour tous ceux qui souffrent. Une lueur d’espoir car son exemple et ceux qu’elle décrit dans le livre peuvent servir de modèle. Edith Eger ne renie par la souffrance de la vie, elle l’accepte, elle l’apprivoise et elle la dépasse. Son partage d’expérience a pour objectif d’insuffler de la motivation à tous, quelles que soient les difficultés qu’ils éprouvent en se disant : « Si elle a réussi, je le peux aussi ». Là-dessus, on ne peut que lui donner raison. Si à 16 ans, elle a pu survivre au camp d’Auschwitz, à la marche de la mort, à la perte de ses proches et à tous les obstacles  qui ont suivi, c’est que tout est possible.

Son expérience de vie est remplie d’introspection, de remise en question et d’une passion pour l’aide aux autres à travers son travail de psychologue. Elle livre avec générosité la sagesse qu’elle a acquis tout au long de sa pratique en identifiant les prisons que l’on se créé intérieurement et en donnant des exercices pratiques pour s’en libérer. Chaque aspect est illustré par des exemples de parcours d’elle-même, de son entourage ou de ses patients car ces prisons, nous sommes tous susceptibles de s’y retrouver enfermés. Le plus important étant d’essayer de s’en sortir, de savoir que c’est possible parce que d’autres l’ont fait avant nous et d’être guidé sur ce chemin personnel.

Ce livre est comme une synthèse de toutes les constructions mentales non adaptées que l’on a laissé se développer depuis notre enfance. Il présente le cœur du travail personnel à réaliser, des apprentissages qui pourraient manquer afin de s’épanouir, afin de s’aimer soi-même et s’autoriser à suivre son propre chemin de vie.

Voici les 12 prisons qui causent de la souffrance et bloquent notre développement :

  • La prison de la victimisation
  • La prison de l’évitement des émotions
  • La prison de la négligence envers soi-même
  • La prison des secrets
  • La prison de la culpabilité et de la honte
  • La prison du deuil non résolu
  • La prison de la rigidité dans les conflits
  • La prison du ressentiment
  • La prison de la peur paralysante
  • La prison du jugement
  • La prison du désespoir
  • La prison de ne pas pardonner

L’auteur explique que détruire ses propres prisons internes n’est pas facile mais que ça vaut le coup et voici une citation du livre : « La liberté requiert l’espoir que je définis en deux voies : la conscience que la souffrance est temporaire et la curiosité de découvrir ce qu’il y a après. »

Prenez un papier, un crayon, voici les questions :

Quelle est votre plus grande souffrance actuelle ?

A quelle prison correspond-elle ?

Quelle est votre prochaine action pour vous libérer de cette prison ?

Quelles autres prisons vous bloquent ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *